Comment soulager vos allergies ?

par Sandrine Robin, naturopathe et pharmacienne
Près de 30% de la population des pays industrialisés souffrirait d’allergie : allergies alimentaires, de contact, peau atopique, allergie aux pollens, cette dernière faisant le plus de victimes.

Quelles sont les causes principales ?

-Pollution environnementale
-Alimentation industrielle, pesticides
-Perturbations du microbiote intestinal/hyperperméabilité intestinale, fragilisant nos immunités

 Quels en sont les mécanismes et symptômes ?

La réaction allergique fait intervenir un type de globules blancs appelés Mastocytes, qui produisent des IgE, au contact de toute substance considérée comme étrangère (antigène), ici l’allergène. Il n’est pas "normal" d’être allergique, aussi ce terrain traduit t’il une anomalie du fonctionnement des défenses du corps.
Lors du 1er contact, des substances pénètrent dans le corps et sont considérées comme allergènes ; elles sont alors captées par des lymphocytes (LyB = réponse humorale, comme la vaccination= réaction Antigène/Anticorps). Plusieurs jours ou semaines après, les lymphocytes ont fabriqués des anticorps = IgE spécifiques de la réaction allergique. Ces Anticorps vont se fixer sur les mastocytes, nombreux dans les muqueuses et la peau : la personne est alors sensibilisée aux allergènes, mis en cause lors du 1er contact : phase de sensibilisation.
Lors du 2eme contact, les allergènes se lient aux anticorps précédents constitués et les mastocytes libèrent alors des prostaglandines et de l’histamine, d’où la réaction allergique (inflammation, démangeaison). Cela génère 4 localisations de symptômes : cutanée, oculaire, nasale et laryngée appelé « Rhume des foins ». Les traitements allopathiques font appel à des anti-histaminiques par voie orale, et corticoïdes locaux, voire oraux ou injectables dans les cas sévères.

Pourtant, des nombreuses alternatives existent et le travail sur le terrain allergique, en amont de la période sensible, peut s'avérer très efficace pour réduire ou stopper les symptômes.

Voici un échantillon de quelques outils thérapeutiques possibles...

En Phytothérapie

En traitement de fond ou de soutien du terrain, 2 plantes sont intéressantes, seules ou en association :

-Le Plantain lancéolé ou Petit Plantain (feuilles) : plante émolliente qui adoucit toutes les muqueuses enflammées et irritées.
-L’Ortie piquante (Urtica Dioica) Feuilles : l’ortie opère une sorte de désensibilisation naturelle.
On peut trouver l’Ortie s/f de poudre : prendre 1 c.café dans de l’eau, tisane, soupe, compote le matin ou le soir.

Plantain et Ortie sont donc intéressants en préventif et forment une belle synergie. Il faudrait les prendre avant la saison pollinique (janvier-février) et pendant au moins 3 mois, sinon pendant toute la saison des pollens si c’est trop tard. On y associera le Bourgeon de Cassis, si les symptômes se déclenchent.

Eviter de donner de l’Ortie piquante lors de traitements anticoagulants car elle est source de vitamine K. Elle doit être également évitée en cas d’oedème. Certaines personnes déclenchent des démangeaisons ou urticaires en consommant de l’ortie. Il vaut donc mieux commencer par de petits dosages et augmenter progressivement.
On ne donnera ni Ortie, ni Plantain, chez la femme enceinte.
Chez les enfants, on privilegie la forme EPS (1ml /10kg), les bourgeons et l'homeo.

-La Quercétine fait également partie de l’arsenal des traitements anti-allergiques. C’est un flavonoïde antioxydant et anti-histaminique, que l’on trouve principalement dans les câpres, les pommes de terre avec la peau, les oignons rouges, le raisin, les polyphénols du cassis (flavonoïdes des baies et bourgeons). Elle est très efficace pour prévenir et traiter les allergies saisonnières.

- On pourra par ailleurs utiliser le Desmodium (Desmodium ascendans, Feuilles), qui outre ses propriétés protectrices du foie, a des propriétés anti-histaminiques avérées et une efficacité dans l’asthme (il agit en décontractant les muscles lisses des voies aériennes et pulmonaires). On l’utilisera plutôt en traitement de fond, surtout chez les allergiques asthmatiques. Voir les publications du Pr Tubery, oncologue et pionnier du Desmodium.

En Gemmothérapie

-Le Bourgeon de Cassis (Ribes nigrum) semble être le remède d’urgence, car il présente une activité cortisone-like et anti-histaminique. C’est le remède majeur à action rapide : 15 gouttes en 1 prise, directement sous la langue ou 5 gouttes jusqu'à 6 fois/jour, pur ou dilué dans un peu d'eau. Soulagement dans le quart d’heure qui suit.
Rq. Les Bourgeons ont une activité anti-inflammatoire plus importante que celle des feuilles (il atteindrait le tiers de celle de la cortisone pour les Bourgeon) : ils stimulent la production de cortisol par les glandes surrénales et augmentent le tonus sympathique.

-Le Bourgeon de Viorne (Viburnum lantana) a également des propriétés anti-allergiques et anti-inflammatoires très intéressantes (surtout dans l’asthme allergique). On pourra le donner à raison de 15 gouttes le matin.
Chez un asthmatique, lors d’un état inflammatoire installé des bronches, on pourra associer le bourgeon de Hêtre et le bourgeon de Cassis, en prenant 7 gtt de chaque 5 à 6 fois/jour et le bourgeon de Viorne en crise, à raison de 3 gouttes toutes les 15min.

-Le Genevrier Jeunes pousses (Juniperus communis) est intéressant pour travailler le terrain allergique, notamment si le foie est dysfonctionnel. C’est en effet un très grand draineur hépatique, à utiliser en augmentant progressivement les doses. On peut aussi utiliser les jeunes pousses de Romarin.


En Aromathérapie

Le réflexe aroma est l’huile essentielle d’Estragon (Artemisia dracunculus). Elle contient 70% de methylchavicol (phenol-methylether), aux propriétés antispasmodiques musculotropes majeurs, anti-inflammatoires et antalgiques, l’HE d’Estragon ayant en plus cette activité anti-allergique, surtout en prévention.
Poso : 2 gtt sur 1 cp neutre ou du sucre, à laisser fondre en bouche, 2 à 3 fois/jour.
On peut également diluer 2 gtt d’Estragon dans 15gtt de bourgeon de Cassis (alcool). A prendre tous les matins en cures de 5 jours/7 par exemple.
Pensez à associer un spray nasal allergie, à base d’argile, pour tapisser l’intérieur de la muqueuse nasale et faire barrière aux allergènes.
On peut aussi inhaler sur un mouchoir 1gtt d’HE Estragon + 1 gtt HE Ravintsara ou appliquer ce mélange sur les sinus, le thorax et le haut du dos, 2 à 3 fois/jour jusqu’à amélioration.

En Homéopathie

Selon les symptômes, les remèdes seront les suivants :
-Gonflement des muqueuses : Apis 15CH + Arsenicum album 9CH
-Démangeaison du palais : Sabadilla 15CH + conduit auditif: Arundo donax 5CH
-Yeux qui grattent, qui pleurent : Euphrasia 5,7 ou 9CH
Au moment des crises : 5 granules 3 à 6 fois/jour

Pollen 30CH et Poumon histamine 9CH : 5 granules matin et soir pendant toute la saison pollinique, en traitement de fond.

En prévention, une désensibilisation homéopathique peut être tentée dès le mois de février avec 1dose/semaine en dilution dégressive de Pollen (30CH, 15CH, 12CH, 9CH, 7CH, 5CH).
L'homéoplasmine (pharmacie) ou de la Vaseline peut se mettre à l’entrée des narines pour limiter l’entrée des allergènes. Pensez aux lavages de nez réguliers. Idem pour les yeux.
L’irrigation sinusienne est toujours intéressante à réaliser au quotidien (Respimer ou Rhinohorn, à acheter en pharmacie)

En Oligothérapie

Travaillez le terrain allergique avec le Manganèse : 1 ampoule le matin, 3 semaines/mois ou 5 jours/7, pendant 3 à 6 mois.

Rôle de la dysbiose, où comment un déséquilibre de flore favorise le développement de pathogènes.

L’alimentation est d un élément clé pour préserver la santé gastro-intestinale, car en mangeant, nous alimentons notre microbiote intestinal et influençons par conséquent sa diversité et sa composition.
Le régime méditerranéen par exemple (caractérisé par sa richesse en fruits frais, légumes, légumineuses, oléagineux, huile d’olive, céréales complètes et poissons, mais à consommation modérée de viandes blanches et pauvre en graisses saturées, tels que produits laitiers, viandes rouges, charcuteries et sucres) pourrait, selon les études, aider à façonner un profil microbien avec des aptitudes anti-inflammatoires.
En ce qui concerne les allergies, de nombreuses études démontrent que le microbiote pourrait jouer un rôle dans l’immunité des muqueuses et favoriser un terrain allergique. Des modifications du microbiote intestinal des sujets allergiques ont été détectées, parfois même avant tout symptôme allergique.

Il existe par ailleurs, une multitude d’études sur l’effet positif des probiotiques dans des modèles animaux (souris, rats, cochons), sur l'amélioration des allergies alimentaires, de la dermatite atopique ou de l'asthme.
Malgré des discordances entre les études, pré et probiotiques constituent une piste intéressante dans la prévention des allergies. Il reste cependant à ce jour, difficile d’évaluer le rôle précis de tel groupe ou espèce bactérienne.

Pour conclure, l’allergie est une réaction immunitaire du corps à certains allergènes, le traitement de terrain vise donc bien à agir sur l’immunité (nutrition, flore intestinale, stress).
Retrouvez Sandrine à la Ronde du Bio,  pharmacienne diplômée, qui vous conseillera sur les meilleurs remèdes naturels et leurs utilisations.
Retour aux articles
© Copyright 2021 - La Ronde du Bio - All Rights Reserved - Mentions légales - CGV - 👩🏻‍💻 site créé par Marwee.
Avec le soutien de la Région Auvergne Rhône Alpes
© Copyright 2021 - La Ronde du Bio - All Rights Reserved - Mentions légales - CGV - 👩🏻‍💻 site créé par Marwee.
Avec le soutien de la Région Auvergne Rhône Alpes
0
    0
    Mon panier
    linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram